• Août est né

     

    Août est né

     

     

     

    Août était presque à terme dans le ventre de juillet qui à  quelques heures de la délivrance, se retournait dans tous les sens avec ses humeurs changeantes et ses fragiles arcs en-ciel. Il n'était pas d'humeur à s'envoyer en l'air, lourd, qu'il était du dernier moment de labeur.

     

    Il faisait de l'insomnie, ses nuits étaient plus chaudes que ces frisquets matins ressemblant plus à ce vilain temps de novembre fréquentant décembre qu'aux beaux jours de l'été. L'été, juste à entendre son nom on imagine de belles heures de vent doux dansant dans les soirées.

     

    Sur le bord d'accoucher, juillet avait des frissons et sa température basse et nous faisait frissonner. Déjà même dans les centre d'achats on voyait s'installer les conséquences du nouveau mois à nos portes. Dehors et partout dedans.

     

    Le tout neuf matériel scolaire est bien aligné: ses crayons, effaces, stylos, cahiers brouillons et cahiers d'encre,boîtes de compas et calculatrices côtoient les dictionnaires , les grammaires et les tablettes électroniques en tout genre. Dans les vitrines la saison fait du mannequina pour annoncer que déjà faudra changer d'habits plus tôt qu'on l'aurait souhaité.

     

    Sur les pelouses, un peu plus de feuilles dispersées en coups de vents. Août est né vendredi et le soleil était au rendez-vous pour lui dire bonjour. Le nouveau né est arrivé tout en douceur dans le frisquet matin. Les cyclistes sont venus le saluer, roulant allégrement mais un peu plus habillé pour la circonstance. Mais ils sont venus plus tard qu'à l'habitude. Seul un coureur solitaire et constant est passé au lever d'Élie en courant, indifférent aux cris du nouveau né.

     

    Août a maintenant six jours. Il fait bien ses nuits bien bordé tant elles sont fraîches . Il a bien quelques coliques de temps à autre, il lui arrive de pleurer fort aussi .Mais il lui arrive d'avoir aussi des fous de rire qui ressemblent à l'été. De belles chaleurs pour rêver.

     

    Le jeune mois d'août grandira vite , il faut en profiter car les mois ne vivent pas vieux et très vite il cédera sa place à l'autre que Dame Nature nous fait entrevoir déjà. Sur des vestes à l'épaule et dans des bas aux pieds, dans les souliers d'espadrilles, je l'ai vu au parc jouer avec les enfants qui partiront à l'école bientôt.

     

     

    Les vacanciers de la construction sont rentrés au travail. D'ici deux semaines, les autobus jaunes reprendront la route des écoliers. Certains prévoyants commenceront même l'achat des cadeaux des prochains mois des fêtes. Déjà...

     

    En attendant, pendant une marche dans le soleil couchant, je me rappelle que tous les mois d'août ne devraient pas se ressembler. Certains sont plus beaux plus grands ou plus petits et plus gringalets que d'autres... Le dernier m'aura laissé le cœur en morceaux pendant toute la dernière année. Tellement. Et la lumière qui l'a éclairé comme dans les kaléidoscopes de mes jeunes années , en a été toute morcelée.

     

    Ils ont aussi ce pouvoir là les mois du calendrier. C'est tellement long un début d'automne qui n'en finit pas . C'est très long à longueur d'année. Mais tristes ou froids, ensoleillés ou nuageux, lourds de ses soleils de plomb ou sous des pluies torrentielles, tant que nous verrons les mois passés, nous serons... Je serai.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



     

     

     

    « MétéoDAD »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :