• Les grand-pères ne sont pas qu’une pâtisserie

     

    Les grand-pères ne sont pas qu’une pâtisserie

     

    Ils ont aux coins des yeux une larme qui ne coule jamais

    Sous leurs paupières le regard regardant on ne sait où

    Des souvenirs anciens où habitent des visages flous

    Quand on va les voir le dimanche par beau temps

    Ils demeurent souvent distraits grognons ou aimants

     

    La main est tremblante et le geste trop tendre

    Elle suit le pas chancelant sur le marbre poli

    Un va et vient dans de vieux corridors tenant la rampe

    Le dernier tour de piste avant la prochaine vie

     

    Assis sur un banc souvent ils s'endorment doucement

    C'est la répétition avant le grand déménagement

    Chaque jour est rempli d'attentes vaines

    Entre les repas qui se transforment en neuvaines

     

    Certains sont des oiseaux chantants timidement

    D'autres de vieilles corneilles sauvages

    Ils ne sont pas tous devenus sages malgré le temps

    Mais ce sont tous d'anciens enfants maintenant sans âge

     

    Pourtant sous cette fragile peau bat un cœur usé

    Sous leurs regards brouillés de tas d'histoires

    Certains sont des bandes dessinées d'autres des romans

    Les vieux sont des livres qu'on ne lit parfois que trop tard

     

     

     

     

     

     

     

    « MON AMI DU TEMPS DE MAUVAIS TEMPS »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    5
    Samedi 15 Février 2014 à 00:50

    Mais pas de quoi Monique Nana ...quel plaisir de te lire, heureuse si ce poème t'a rejoint...:-)

     

    4
    Monique Nana
    Vendredi 14 Février 2014 à 16:08

    Tellement émouvant ... j' ai mis du temps pour arriver jusqu' ici et je ne le regrette pas.

    Mon grand' père maternel était ma référence, je le retrouve à travers tes jolis mots ...

    merci Malina de m' avoir ouverte la porte de ta poésie, j' y suis sensible

    Monique/Nana

    3
    jipé
    Jeudi 13 Février 2014 à 06:28

    je pense à la mauvaise réputation faite aux vieux, à la chanson de Brel ... Le devenant insensiblement je ressens en les côtoyant que les mélodies animent leurs visages, que malgré la main tremblante et la voix chevrotante la poésie se lit sur leur vie 

    2
    malinamie Profil de malinamie
    Lundi 4 Mars 2013 à 18:19

    Merci pour le généreux commentaire xx

    1
    Lundi 4 Mars 2013 à 07:05

    magnifique que dire de plus

    J'aimerais franchement avoir votre plume

    un grand bravo

    Pascal



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :